samedi 14 juillet 2012

Lady Vintage
















Il parait que c'est l'été.
J'ai allumé le poêle aujourd'hui.
Il parait qu'il va faire chaud la semaine prochaine.
J'éteindrai le feu et j'irai à la piscine, ou au bord de la mer.

En attendant, mon esprit vagabonde dans les couloirs du temps. Je suis partie dans les années 50, 60, 70,
par hasard entrainée dans le flux du net, cherchant un objet, je ne sais même plus lequel,  je suis tombée sur la boutique ETSY. Cliquant sur la recherche "vintage", me suis trouvée prise dans ses griffes, les images qui me sont apparues ne m'ont plus lâchées. Voilà, si comme moi vous êtes né(e)s entre les années 1960 et 1970, vous faites partie d'un âge ancien. Je n'ai pas dit que vous êtes vieilles ou vieux, non, juste vintage. Pas pareil comme sonorité, j'insiste! Woodstock, une antiquité.  Les robes de mon adolescence, que j'ai omis de garder, achetées dans les boutiques baba de cette époque, des robes afghanes et indiennes qui sentaient le patchouli et le musc, se vendent parfois à prix fort. Elles s'appellent: Boho style hippie vintage. Yeap! Les américaines veulent des pièces uniques, les marchés vintage font des ravages du côté de San Francisco, acheter une pièce rare, un bout d'histoire... celle de leur jeunesse ou en souvenir de leur mère. A travers ces vêtements proposés, quelques dialogues avec les vendeurs, j'ai voyagé, revisité aussi cette année que j'avais passée sur le continent américain, c'était en 1981. Le mouvement hippie était déjà révolu, je n'avais pas retrouvé les figures aimées du film Hair. Une musique est revenue dans ma mémoire. Wild World, mais aussi My Lady D’Arbanville, Lisa Lisa..... Cat Stevens, qu'est-il devenu? Et mon voyage a continué, dans les méandres de l'histoire, j'ai visualisé mon frère adolescent, de deux ans mon aîné, c'est lui qui m'a initié à ces mélodies qu'il écoutait à l'autre bout du couloir, dans sa chambre. Sans le savoir, il me transmettait quelque chose de précieux. Mais Cat n'est plus Stevens. Il est Yusuf Islam.  A lire ICI... si pour vous, comme pour moi sa musique évoque des souvenirs et si vous ne connaissiez pas encore son étrange destin. Ah, et puis Janis Joplin, mon frère l'écoutait souvent. Aujourd'hui, je souris en écoutant les paroles

Oh Lord, won't you buy me, a Mercedes Benz.....
Oh Lord, won't you buy me, that color TV....

Au final de ce voyage, j'ai tout de même acheté deux vêtements à prix raisonnable d'un temps qui me paraît encore si proche. Un bout d'histoire dans mon armoire, à porter de temps à autre pour Cat, Janis, Jim ...

Une vraie ado je suis, j'étais, je serai, je reste !


14 commentaires:

  1. Et quand on est de 56, on a droit à quelle appellation?
    Cette image c'est toute ma jeunesse, on a eu de la chance, on a beaucoup rêvé... C'est peut-être pour ça qu'on est resté si jeune dans la tête.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sister Alex! That's your name!
      Tu as vécu ce temps à fond alors, pour moi, lorsque j'étais adolescente, c'était les dernières miettes. Je pense aussi que ce temps nous a nourri de quelque chose de très spécial. J'ai vu que ta fille s'en inspire dans son restaurant à Montpellier. Je ne manquerai pas d'y faire un tour lorsque je serai dans le sud (et bien sûr, chez la Princesse au petit pois).

      Supprimer
  2. Souvenirs, souvenirs.... C'est tellement ça, le patchouli j'ai jamais pu, trop lourd, trop pas moi, mais les écharpes de benares, le khôl Plein les yeux, la boutique "le pied" à Lausanne, t'as connu? Bises contemporaines et compatriotes ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh ouiiiiii! La boutique le Pied, j'avais oublié son nom. Wouah, on aurait pu se croiser là-bas. Il y en avait une autre que j'aimais bien, sous le pont Bessières, tu te souviens son nom? J'avais trouvé là-bas une magnifique robe. Une autre boutique du genre, au bout du pont en direction de la piscine Mont-Repos.
      Bises!

      Supprimer
  3. Envoyé droit vers ça:
    Je m'souviens on avait des projets pour la terre
    pour les hommes comme la nature
    faire tomber les barrières, les murs,
    les vieux parapets d'Arthur
    fallait voir
    imagine notre espoir
    on laissait nos cœurs
    au pouvoir des fleurs
    jasmin, lilas,
    c'étaient nos divisions nos soldats
    pour changer tout ca

    changer le monde
    changer les choses avec des bouquets de roses
    changer les femmes
    changer les hommes
    avec des géraniums

    Mieux que la vague libérale qui nous a submergé!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour faire court.... :
      La nostalgie est un sentiment qui ne s'occupe que du bon côté des évènements. En ce qui me concerne, c'est la quête "non-matérialiste" de cette époque qui m'interpelle aujourd'hui (à décoder dans les paroles des chanteurs cités, Janis Joplin, Cat Stevens, Jim Morrison, sans vouloir jouer la Jane Birkin qui chante "ex fan des sixties petite baby doll, où sont passé toutes tes idoles..;-). Les substances LSD etc, l'éducation hyper libérale, une certaine dérive, ce n'est pas sur cela que je posais mon objectif.. Et pour être tout à fait sincère, Voulzy est un peu trop sucré pour mes papilles auditives, visuelles, intelectuelles.

      Supprimer
    2. Ah mais, je ne suis pas contre le sucre! Pas tout le temps, mais de temps en temps

      Supprimer
  4. C'est merveilleux de garder sa part d'enfance et d'adolescence, de garder ce jardin en soi, de le cultiver. Merci de me le rappeler !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De nada! My pleasure! Tiens, je vais aller voir ce que fais miss Zen en ce moment.... A +

      Supprimer
  5. Oui, reste ado Christiane, représente la jeunesse éternelle !... ;-) Bien amicalement

    RépondreSupprimer
  6. Nous raconteras-tu Colmar ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, oui, dès que je peux, je m'y mets...
      Dommage que tu n'étais pas dans la région. Je pense y retourner avant l'hiver!

      Supprimer
    2. Alors, tu prévois un arrêt à la maison !

      Supprimer

Si vous laissez quelques mots, il est peut-être utile de savoir que je n'aurai pas vos coordonnées. Je laisserai des réponses sous vos "chuchotements". Si vous avez des remarques ou des questions plus personnelles, ou si vous ne souhaitez pas être lus ici, n'hésitez pas à me contacter par email: chg.dumont@orange.fr

Si vous n'avez pas de compte google, choisissez l'option Nom/URL, indiquez votre nom ou un pseudonyme. URL pour le nom de votre blog mais il peut être laissé en blanc si vous n'en avez pas.

Et, surtout, sachez que je ne connaissais pas personnellement les personnes qui laissent régulièrement des commentaires. C'est au fil du temps qu'un lien s'est tissé dans les mystérieux méandres de la blogosphère. N'hésitez pas à vous manifester, à tutoyer, à participer, à vous exprimer!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...