jeudi 20 septembre 2012

Dessin de Bianca, 4 ans
A une dizaine de kilomètres en bas de la colline,
il y a une petite ville,
dans cette ville,
il y a un supermarché,
à côté de lui,
une pompe à essence,
non loin d'elle,
une maisonnette de plein-pied,
neuve,
je n'y repère pas de poésie architecturale,
un jardinet autour, 
très structuré,
qui respire l'ordre,
entouré d'une clôture métallique assez vilaine,
mais pratique.
Une séparation entre le propriétaire et le monde?
Une barrière contre les chats?
Une limite rassurante?

Ce n'est pas la première fois que je le remarque, ce vieil homme (parlé de lui ICI). J'aimerais connaître son premier regard du matin, va-t-il d'abord admirer ses précieuses plantations, ou plutôt se préparer un café que j'imagine avec de la chicorée? J'aimerais le regarder faire ses premiers gestes, apprendre de sa "méthodicité", quelque chose dans sa gestuelle me plaît, sa façon d'accomplir ses tâches quotidienne, avec tranquillité; peut-être même avec un certain bonheur. Lorsque je le regarde, il me rassure, me fait penser que la vie peut être ainsi, simple et calme, juste prendre soin de son petit coin. Sa peau est lumineuse et son corps sans graisse inutile,  un peu fatigué, mais serein.

Aujourd'hui, j'étais à pied. Ma voiture garée plus loin, sur la place devant la salle des fêtes. Ainsi j'ai pu le voir sans l'écran de mon pare-brise, alors que je marchais avec mon cabas dans la main droite. Il était assis sur une chaise, devant sa maison, côté terrasse, côté pompe à essence.  Il y avait un panier d'osier sur ses genoux, un autre à terre, ses mains qui s'agitaient autour de quelque chose, 
fruit à noyau?
noisette?
légumes à égrainer?
Respectant son territoire, je ne me suis pas attardée, je l'ai juste salué.
C'est un début.

Dessin de Bianca




Dessin à quatre mains, je dessinais une maison et une barrière et elle a continué

13 commentaires:

  1. Un début comme une renaissance? Un pas vers les autres, vers le monde? J'ai eu peu de temps cette semaine, beaucoup de boulot, peu de sommeil. Je n'ai pas oublié Dijon, la moutarde me monte au nez tu sais. Je reviens vers toi dès que possible ;-) Belle fin de semaine. Bisouillis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ici aussi, peu de temps...
      Il me semble que le temps rétrécit pour beaucoup de monde. Ou alors, que le rythme de la vie s'accélère. Ou simplement l'automne qui arrive et le besoin de vivre à fond avant le froid.

      Supprimer
  2. Il y a quelque chose de fascinant, je trouve, dans l'expression d'une certaine simplicité; quelque chose qui force le respect et l'admiration.
    Je comprends que tu sois touchée par ce vieil
    homme; un peu comme s'il détenait un secret important, comme si un mystère devait être percé pour comprendre et apprendre un peu plus de nous et de l'autre...
    Inutile de te dire comme j'ai aimé lire ton texte :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et moi le tien... dans tes mots laissés là.
      Comme cette idée de mystère à percer me plaît!!!

      Supprimer
  3. Ils sont éclatant les soleil de Bianca.
    Le vieil homme, nous allons le connaître...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On verra si je passerai un jour la barrière de la clôture...
      Les dessins de Bianca sont surprenants en effet, ces soleils, des traits noirs et pourtant éclatants... les dessins d'enfants me fascinent.

      Supprimer
  4. Un beau texte. Il me semble être en ta compagnie.
    J'aime les soleils noir de Bianca. Ils brillent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! (je t'ai répondu aussi sous l'autre billet)

      Supprimer
  5. J'aime la façon dont tu poses de bien jolis mots ici et là sur tout ce qui t'entoure. Ton blog est apaisant.Merci pour ton passage chez moi, et pour répondre à ta question, nous étions sur la côte landaise tellement agréable loin du tumulte de la haute saison... Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien savoir ce que ce blog procure... Apaisant me plaît, je ne l'imaginais pas ainsi, de mon côté d'écran.
      Merci pour la côté landaise, ça me donne l'envie de découvrir, je ne la connais pas encore.

      Supprimer
  6. Chère Christiane,

    Tes billets aussi me parlent infiniment, même si je me fais plus discrète en ce moment dans la blogosphère. j'aime la description que tu fais de cet homme, souvent je me fais les mêmes échos, en regardant les anciens, faire les choses dans la simplicité, dans le temps de l'instant, dans une certaine sagesse (ou ignorance pour d'autres), et je me prends à envier leur vie, à vouloir prendre leur place.
    je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  7. J'adore tes histoires "sur la pointe des pieds"....

    RépondreSupprimer
  8. C'est les histoires que je préfère!!!

    pssit : c'est de plus en plus beau ici!!!

    RépondreSupprimer

Si vous laissez quelques mots, il est peut-être utile de savoir que je n'aurai pas vos coordonnées. Je laisserai des réponses sous vos "chuchotements". Si vous avez des remarques ou des questions plus personnelles, ou si vous ne souhaitez pas être lus ici, n'hésitez pas à me contacter par email: chg.dumont@orange.fr

Si vous n'avez pas de compte google, choisissez l'option Nom/URL, indiquez votre nom ou un pseudonyme. URL pour le nom de votre blog mais il peut être laissé en blanc si vous n'en avez pas.

Et, surtout, sachez que je ne connaissais pas personnellement les personnes qui laissent régulièrement des commentaires. C'est au fil du temps qu'un lien s'est tissé dans les mystérieux méandres de la blogosphère. N'hésitez pas à vous manifester, à tutoyer, à participer, à vous exprimer!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...